Entreprise et innovation sociale

La diversification des coopératives conjuguées à une complexification des formes de gestions associatives, dues aux tensions affectant les financements publics ont induit une notion d’entreprise sociale qui s’est répandue dans les deux dernières décennies sur divers continents. Deux approches sont significatives dans la littérature anglo-saxonne : l’école des ressources marchandes prône une professionnalisation gestionnaire du tiers-secteur pour drainer plus de ressources privées venues du marché, l’école de l’innovation sociale met l’accent sur le rôle moteur d’entrepreneurs sociaux individuels. Mais il existe aussi une approche européenne émanant du réseau de recherche Emacs. On retrouve des traits communs avec l’économie sociale infléchis par une instance plus forte sur la dimension entrepreneuriale, étendus pour les coopératives à une nouvelle génération de coopératives multi-sociétaires, avec un accent mis sur la dynamique participative et citoyenne renvoyant à l’économie solidaire. On peut toutefois s’interroger sur les effets d’un tel isolement de l’entreprise par rapport au mouvement par lequel elle est portée. L’entreprise sociale peut poursuivre le plaidoyer pour la pluralisation des formes d’entreprise mais qu’en est-il de la pluralisation des principes économiques et de la démocratie ?

De telles interrogations traversent aussi l’innovation sociale qui correspond à « une intervention initiée par des acteurs sociaux pour répondre à une aspiration, subvenir à un besoin, apporter une solution ou profiter d’une opportunité d’action afin de modifier les relations sociales, de transformer un cadre d’action ou de proposer de nouvelles orientations culturelles » selon la définition largement admise, donnée par le Centre de recherche sur les innovations sociales au Québec, pionnier dans le domaine. Au moins deux manières de considérer celle-ci sont à distinguer.

La première situe l’innovation sociale dans une solidarité démocratique, forte parce qu’elle a vocation à contenir le marché. Elle consiste à dépasser le dualisme Etat-marché caractéristique du vingtième siècle pour articuler au vingt-et-unième siècle marché, Etat et société civile. Elle fait référence à une économie plurielle qui admet une économie sociale et solidaire comme économie de plein droit ayant à assumer des fonctions en plus des secteurs privé et public mais pesant aussi pour la transformation de ceux-ci. Cette position offensive se justifie par la nécessité d’une reconfiguration institutionnelle de grande ampleur dans laquelle l’action publique s’appuie sur les pouvoirs publics mais aussi sur les initiatives citoyennes, s’arriment les uns aux autres.

La seconde confère à l’innovation sociale une place moindre, dans une solidarité plus faible et dépendante du marché. L’innovation sociale fait partie des changements en cours au sein du capitalisme mais elle n’est admise que si elle prend la forme d’une entreprise auto-suffisante sur le marché. La reconfiguration institutionnelle visée repose sur les possibilités de coopération entre les grandes entreprises du secteur privé lucratif et les organismes de la société civile, en capacité de trouver des solutions de proximité plus adaptées que les grands appareils publics.

Derrière le consensus apparent en faveur de l’innovation sociale, ce sont donc des modèles contradictoires qui s’affrontent. Sur les deux thèmes, économie sociale et innovation sociale, une réflexion sur le champ des possible est donc à articuler avec une perspective critique.

les ouvrages
Les ouvrages
les articles
Les articles
les chapitres
Les chapitres
les revues
Les revues

Partenaires


Jean-Louis Laville

Jean-Louis Laville est professeur du Conservatoire National des Arts et Métiers à Paris (Cnam), où il est titulaire de la Chaire « Économie Solidaire ». Il est également chercheur au Lise (Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique, CNRS-Cnam), à l’IFRIS (Institut Francilien Recherche Innovation Société) et au Collège d’études mondiales – Fondation Maison des Sciences de l’Homme où il dirige le programme d’études « Démocratie et économie plurielles ».
Impliqué dans de nombreux réseaux de recherche internationaux, il est membre du conseil d’administration du Karl Polanyi Institute of Political Economy, membre fondateur du réseau européen EMES (qui étudie l’économie solidaire, l’économie sociale, le tiers secteur, l’entreprise sociale) et du réseau sud-américain RILESS (Réseau de Chercheurs Latino-américains sur l’Économie Sociale et Solidaire).
Il est régulièrement invité dans plusieurs universités (Barcelone, Buenos Aires, Quito, Louvain-la-Neuve, Porto Alegre, Salvador de Bahia…) et est associé à des laboratoires de recherche étrangers tels que le CRIDIS (Centre de Recherche Interdisciplinaire, Louvain-la-Neuve) et le CRISES (Centre de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Humaines et Sociales, Montréal).